Indonésie Pyramide Carztensz

La Pyramide de Carstensz ou Puncak Jaya avec ses 4884m. est un “Sept Sommets Mythiques”. Ce seul nom évoque l’aventure pour tous les grands alpinistes désireux de conquérir les sept plus hauts sommets des sept continents Afrique, Asie, Amérique, Europe, Océanie, Antarctique et Arctique.

Voyages-Receptifs_Actualites-indonesieLors d’une reconnaissance navale dans le sud Papua en février 1623, le hollandais Jan Carstensz fut intrigué par ces hautes montagnes où se devinait un manteau blanc sans fin. Une expédition de plusieurs centaines d’hommes fut rapidement mise sur pied pour tenter de traverser la jungle inextricable et escalader cette barrière immense des montagnes Jayawijaya. Après bien des efforts, l’expédition arriva au sommet et la découverte des nombreux glaciers d’altitude fut une énorme surprise sous ces latitudes. Il donna son nom à la plus haute barrière, Carstensz Pyramid.

Le Carstensz retomba dans les oubliettes papou pendant trois siècles avant que des géologues américains mirent à jour un véritable trésor minéral, composé de cuivre mais surtout d’or. Tembagapura (le temple du cuivre) vit le jour. Cette mine à ciel ouvert devint l’une des plus importantes de la planète. Mais Tembagapura est aussi un fabuleux plateau basaltique dans le parc national de Lorentz, qui s’étend de la mer de Arafura au pied du Puncak et où au siècle dernier les glaciers couvraient une chaîne montagneuse de 1 500 kms.

Le réchauffement climatique pourrait tout chambouler d’ici dix ans, pas plus. Les glaciers comme le Nagga Pulu, la langue du Meren et le Carstensz régressent rapidement. Entre 1936 et 2010, au moins 78% de la glace a disparu. Qui est le fautif ? La mine de Grasberg est évoquée mais il semblerait que le phénomène climatique « El Nino » soit davantage responsable.

Kal Muller, anthropologue en charge de superviser la situation écologique de Tembagapura, ainsi que Lonnie Thompson professeur à l’université de l’Ohio, signalent tous les deux que la disparition du glacier n’est qu’une question de temps et un signal néfaste pour les générations locales à venir.

Si vous êtes amateurs d’exploits sportifs, d’aventure extrême ou tout simplement apercevoir le plus haut glacier d’Océanie, il est encore temps de préparer votre expédition et votre bagage et d’aller vous mesurer à cette nature belle, irremplaçable mais au combien difficile qu’est le Cartstensz.

D’après le texte de Thierry Robinet, aventurier & guide en Indonésie depuis 1977.

Azimuth Adventure Travel Ltd

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn


Laisser un commentaire: