Mustang Le dernier royaume himalayen

Pendant des siècles, le grand canyon de la Kali Gandaki entre Népal et Tibet fut l’une des routes commerciales les plus fréquentées de l’Himalaya. Oasis au cœur du désert ocre, le petit royaume du Lo Manthang, – appelé Mustang par les Anglais, nom qui n’a rien à voir avec les chevaux du Far West américain – fut pendant près d’un millénaire le passage obligé pour les caravanes de commerce qui faisaient étapes dans les caravansérails de cette capitale miniature du bout du monde.

Actualite_Mustang

Restauration au royaume de Lo

Au fil des saisons, les sonnailles des longues caravanes de mules festonnées résonnaient sur les sentiers escarpés qui surplombent les gorges de la Kali Gandaki. Inlassablement, elles descendaient du Tibet le sel et la laine et remontaient du Népal ou de l’Inde, le thé, le riz et autres produits manufacturés.

Solidement retranchés dans leur puissante forteresse, à l’abri des hauts murs qui ceinturent leur cité, les rois de Lo accumulèrent des richesses fabuleuses en prélevant des taxes sur tous ces produits qui transitaient par la ville.

Comme leurs homologues de Katmandou ou du Ladakh, les princes de Lo investirent donc ces richesses, amassées somme toute facilement, dans des œuvres de culture.
Ils invitèrent des artistes néwars, – peintres, sculpteurs et charpentiers – et des maîtres bouddhistes du Tibet qui, ensemble, érigèrent les temples de Lo, de Tsarang ou de Lo Guékhar.
De cette terre que l’assistant tibétain de Peissel, qui visita le Mustang en 1964, décrivait comme ‘’aussi désolé qu’une peau de cerf mort’’, ils firent sortir des chefs d’œuvres.

Dans la pénombre du grand temple de Maitreya, les grands Bouddhas sommeillent sous leurs parures d’or et de brocart tandis que, dehors, dans la lumière aveuglante de midi, règne une frénétique agitation.
Ici les charpentiers sculptent des linteaux, là les peintres arriment leur lourd échafaudage, plus loin des artisans réparent les arabesques d’un chorten de terre rouge, tandis que, dans un coin de la cour, quelques femmes préparent d’étranges mixtures dans de grands chaudrons de cuivre qui frémissent sur un feu de bois.

Au milieu du chaos, Luigi, italien et responsable de la restauration du temple, tel un capitaine de vaisseau dans la tempête, distribue les ordres. Il encourage les uns, prête la main aux autres, choisis d’un rapide coup d’œil expert la tonalité d’une retouche de cinabre ou le motif d’une frise.

Quand la tourmente s’apaise, il nous fait pénétrer dans son antre :

Actualite_Mustang– Cela fait neuf étés que je passe ici. J’ai formé une équipe de quarante artistes locaux, tous d’anciens paysans, qui travaillent avec moi. Nous avons passé quatre campagnes à gratter la couche d’argile qui recouvrait les fresques puis il a fallu recoller des pans entiers qui s’étaient détachés des murs, avec des plaques vissées, – quelques millimètres par jour pendant des mois – tout en injectant de l’eau à la seringue entre les deux épaisseurs pour faire fondre les boules d’argile. Dur nerveusement !

Libérés de leur gangue, cent huit mandalas du XVème, d’un raffinement inouï, ont resurgit dans ce décors où le temps et les éléments semblent fossilisés.

Tout à sa passion, Luigi évoque aussi sa récente découverte dans la région de Luri.

Actualite_Mustang

Parti en mission exploratoire avec une équipe d’alpinistes et de chercheurs, un berger leur indiqua une grotte où ils découvrirent plus de cinquante fresques d’influence indienne dans un état de conservation extraordinaire et datant sans doute des alentours du XIIIème siècle, témoignages inestimables d’un art accomplit digne des trésors d’Ajanta ou d’Alchi.

 – Qui a habité ces grottes percées au cœur de ces falaises abruptes ?

Pour l’instant cela reste un mystère insondable. Et, ajoute-t-il philosophe :

– Il y a plus quarante mille grottes au Mustang…

 Au loin, la caravane s’est remise en route et négocie avec précaution les lacets du sentier qui dominent la Kali Gandaki tandis que les nuages de pré-mousson s’effilochent lentement sur les Annapurnas et le Dhaulagiri.

 

Restauration au royaume de Lo | Jérome Edou – Lo Manthang, Mustang

Base Camp Trek, agence réceptive au Népal, Bhoutan, Tibet

Actualite_Mustang(05)

Qu’est ce qu’mandala ?:

C’est une représentation symbolique de l’Univers ou d’une divinité centrale entourée de ses divinités secondaires, qui constituent le palais céleste (virtuel) de cette divinité.

Les divinités et leur mandalas sont des supports à la méditation, transmis de maître à disciple au cours d’une initiation. Les techniques des mandalas sont spécifiques au Bouddhisme tantrique.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn


Un commenatire trouvé pour “Mustang Le dernier royaume himalayen

  1. Sylvain PHILIP | Posté le

    Vous voulez aller plus loin et découvrir le royaume du Lo Manthang … alors, à pied, suivez nous :
    Au petit royaume du Mustang, nous cheminons dans une région sous influence culturelle tibétaine.
    Villages, monastères et chortens et au loin les forteresses enneigées des Annapurna et du Dhaulagiri décrivent une composition idéale pour la randonnée.
    De par sa situation géographique, le Mustang, petit royaume himalayen, a toujours entretenu des liens privilégiés avec le Tibet, et notamment des liens culturels et religieux influents pour les Bouddhistes fervents qui l’habitent. En outre, l’absence de grands cols a naturellement fait du Mustang le lieu de passage obligé entre l’Inde et le Tibet par la vallée de la Kali Gandaki. C’est dans cet univers si proche du Tibet, et quelque peu isolé du reste du Népal, que nous randonnons. Ici, la terre aride contraste avec les sommets enneigés qui courent à l’infini. Lo Manthang, ville fortifiée dotée de nombreux monastères, nous accueille pour une escale culturelle.
    http://www.basecamptrek.com/departs-fixes-nepal/

Laisser un commentaire: